Quelques conseils pour les Freerolls

Dans un article précédent, je vous ai rappelé l'importance de jouer les freerolls au poker : c'est une façon efficace de gagner de l'expérience, de détilter, mais aussi, de monter une bankroll sans prendre de risque puisque c'est gratuit.

Cela dit, un freeroll n'est pas un tournoi ordinaire, justement du fait de son côté gratuit. Il faut donc savoir le "jouer" pour avoir de bonnes chances de finir payé.

Les conseils de stratégie qui suivent n'ont rien de scientifique : ils sont le fruit de mon expérience dans les freerolls, d'observations et d'un peu de logique. PokerStrategy (qu'on ne présente plus) propose pour ses membres un article stratégique détaillé sur la façon de jouer les freerolls. Je vais pour ma part me contenter d'observations complémentaires :

  • La gratuité du freeroll attire beaucoup de joueurs médiocres, et aussi de joueurs pas forcément mauvais mais qui se relâchent. Donc vous aurez en face de vous des joueurs médiocres. Face à des joueurs médiocres, n'essayez pas de rentrer dans des stratégies complexes. N'essayez pas des bluffs un peu complexes... ils ne vous comprendront pas. Par contre, vous pouvez plus facilement vous permettre des "mauvais bluffs". Par exemple : un joueur médiocre qui n'a rien touché au flop, qui se retrouve au turn et qui ne touche toujours rien, se met parfois à miser, faisant croire qu'il vient de toucher quelque chose de joli : c'est là typiquement un mauvais bluff de débutant, et un joueur sérieux ne tombera pas dans un bluff aussi grossier. Mais sur un freeroll, ce bluff est tout à fait jouable car justement, il y a peu de joueurs sérieux.
  • Laissez les joueurs s'entre-tuer dans les premières mains. À mesure que le tournoi avance, le jeu devient plus sérieux. Mais les premières dizaines de minutes, c'est généralement le grand n'importe quoi. À ce stade, ne prenez aucun risque ! Il n'y a pas grand chose à gagner, et beaucoup à perdre. En effet, en début de freeroll, même si vous vous mettez all-in preflop, vous serez suivi par la moitié des joueurs, qui se mettront all-in avec n'importe quelle poubelle ! Vous pouvez être tenté de penser "Tant mieux ! Je vais quintupler mon tapis d'un coup !". Peut-être... ou peut-être pas. Avec paire d'as vous avez toutes vos chances. Mais songez qu'une main comme JJ est gagnante dans 77,4% des cas contre un seul adversaire... mais seulement à 33,6% contre 5 adversaires !! Avec votre superbe paire de valets, face à 5 personnes qui vous suivent, vous avez deux chances sur trois d'être battu. Peut-être par un mec qui a QQ, mais peut-être aussi par un mec qui a 72o et qui touche son brelan de 2 au flop. Par conséquent, soyez particulièrement prudent en début de partie, et laissez les donks s'éliminer entre eux. De toute façon, à ce stade du tournoi, quadrupler son stack n'est pas d'une importance capitale.
  • Les joueurs médiocres ont une autre particularité : ils adorent bluffer et surtout, ils adorent croire que l'autre bluffe. Quand on sait ça, on a un avantage psychologique important. De votre côté ne pariez pas trop sur des bluffs de vos adversaires (en tout cas pas tant que vous ne les avez pas pris en flag), mais servez-vous en pour savoir comment jouer vous-même. À savoir : ne bluffez pas trop, ils auront tendance à vous voir venir (puisque quelque soit votre move de toute façon ils y voient un bluff). Et si vous avez un net avantage, n'hésitez pas à miser gros... il y aura toujours au moins un crétin pour vous suivre en croyant que vous bluffez. Donc allez-y franco.
  • À mesure que le tournoi avance, adaptez votre style de jeu : au début, il s'agit surtout de s'adapter à du grand n'importe quoi et à des moves totalement fantaisistes. Mais plus le tournoi avance, plus vous devriez jouer de façon "académique" car, bien entendu, sur la fin, ce sont surtout les joueurs sérieux qui restent. Une fois le début passé, vous pouvez commencer à jouer de façon un peu sérieuse mais très basique. Puis rajouter un peu de technique. Et à la fin, sur la table finale ou presque, vous pouvez commencer à sortir des moves un peu complexes, car on est alors entre connaisseurs.
  • Le temps c'est de l'argent : aussi, si après des mauvaises décisions au début la partie devient particulièrement compromise pour vous, du genre vous êtes hyper shortstack au bout d'un quart d'heure, n'hésitez pas à jouer le tout pour le tout. Des freerolls, vous en aurez d'autre. Vous ne perdez pas de mise si vous êtes éliminé. Et cela vous "libère" pour aller reprendre un autre freeroll (s'il y en a) ou un vrai mtt/sng. Donc n'essayez pas de survivre à tout prix si c'est vraiment mal engagé. C'est une perte de temps, donc d'argent.
  • Et enfin, essayez d'y prendre un peu de plaisir ! C'est tout con mais vu que c'est gratuit et que vous n'avez donc pas investi d'argent, vous n'êtes pas obligé de vous sentir obsédé par la notion de rentabilité. Donc, profitez-en pour vous amuser un peu et prendre du plaisir à jouer au poker.

Voilà mes quelques conseils pour les freerolls. Encore une fois, ils n'ont pas prétention scientifique, il s'agit d'avantage d'observations empiriques, mais je pense que c'est là quelques indices pertinents pour - à mon humble avis - mieux aborder les freerolls.